Le Soir | Catherine Pleeck

Journal Le Soir du 29 octobre 2004

Architecture – Pour la septième année, la Province a remis son Prix de l’urbanisme

Carton plein pour Rixensart

* Remise du septième Prix de l’urbanisme de la Province. Deux habitations de Rixensart sont primées. Pour leur architecture contemporaine de qualité.

La commune de Rixensart rafle la mise. La première place des catégories « nouvelle construction » et « rénovation » du Prix de l’urbanisme de la Province du Brabant wallon a été attribuée jeudi à deux maisons de Rixensart.

C’est symbolique de l’ouverture d’esprit de cette commune pour une architecture contemporaine de qualité, a précisé Baudouin le Hardy de Beaulieu, président du jury et député permanent en charge de l’aménagement du territoire, avant de remettre aux architectes et propriétaires un prix d’un montant de 2.478,94 euros.

Dans la catégorie « Rénovation », c’est Hughes de Bellefroid et son architecte Bruno Erpicum qui sont récompensés pour la transformation de l’ancienne station service dénommée « Garage du Parc », installée à l’avenue Normande, à Genval.

Avant travaux, ce bâtiment était composé d’un atelier et d’un vaste parking. En 2002, le nouveau propriétaire des lieux a choisi de rénover et de transformer le corps du bâtiment avant, afin d’y développer cinq logements et un bureau.

Le thème de composition ? Inscrire dans une architecture contemporaine un bâtiment existant en préservant son identité. C’est pourquoi la façade d’origine a par exemple été maintenue. Les matériaux bruts se mêlent et se conjuguent : acier, béton, verre… Ultérieurement, le complexe sera par ailleurs complété de quatre habitations qui s’inscriront « intra muros » sous la couverture métallique cintrée du vieux bâtiment arrière.

En ce qui concerne les nouvelles habitations, la jeune Province a tout d’abord primé Olivier Delhaye, à la fois propriétaire et architecte pour son habitation, rue de l’Institut à Rixensart. Une construction constituée de deux volumes, implantés dans la pente du terrain, ce qui permet de proposer un gabarit plus modeste. Le bureau, partie professionnelle et publique, s’installe en front de rue tandis que la partie privée est érigée en contrebas, afin de bénéficier d’une atmosphère plus paisible.

Le jury a été séduit par son travail et sa recherche sur la lumière. Une quête pas évidente vu la situation arborée du terrain, détaille Baudouin le Hardy de Beaulieu. La construction est aussi pensée dans le cadre d’un développement durable. Des espaces polyvalents, des lignes épurées, de fines fenêtres verticales rappelant la verticalité des arbres… Un projet de qualité qui s’intègre parfaitement dans un environnement boisé.

Une autre construction, qui se fond dans la nature environnante, a reçu le deuxième prix de la Province. Bâti rue des Déportés à Grez-Doiceau, cet édifice, en partie enterré, a su séduire le jury par son originalité et ses volumes courbes.

À noter la remise d’une mention spéciale aux propriétaires de la maison sise rue Folle France, à Chaumont-Gistoux. Une maison boîte, inclinée de façon presque sculpturale.

Et le député permanent de conclure : Toutes ces réalisations font preuve d’une réelle qualité architecturale et montrent l’effort mis en place pour sortir d’un modèle urbanistique répété et sans doute un peu dévoyé. Cela vaut la peine de continuer dans cette voie-là.·

à consulter | archives du Soir