— be.nomads.be

Hakahau – Ua Pou


9°21.52’S 140°02.78’W

La vie ici est un poème. On y retrouve les mêmes facilités qu’à Tahioae sur Nuku Hiva mais il plane ici une ambiance assez différente. Nous sommes installés derrière la jetée en pierres à côté du quai qui accueille l’Aranui, la proue amarée aux palmiers de la petite plage. Les enfants jouent sur la plage derrière nos trois catamarans.

Il aura fallu attendre Ua Pou aux antipodes de notre plat pays pour rencontrer Laurent, Bénédicte et leurs cinq enfants. Ce ne sont pas nos premiers compatriotes globe flotteurs mais cette rencontre a quelque chose de particulier. Bénédicte a grandi, comme moi, à l’école de Rosières. Laurent fréquentait le collège de Notre-Dame à Basse-Wavre et Bénédicte, quant à elle, était au Sacré Coeur de Lindthout… comme Patricia! Ils ont vécu à Rixensart avant de rejoindre Nil Saint Vincent… Et on ne s’était jamais parlé avant d’arriver ici. Ils bouclent une année bien remplie par un voyage Antilles/Polynésie qui succède à un autre voyage incroyable en camion à travers l’Afrique (leur blog). Si déjà nos routes se séparent ici, nous nous réjouissons à l’idée de les revoir, sur l’eau… ou pas.

Si les séjours dans les villages nous apportent toujours leur lot de rencontres, les îles s’apprécient surtout en ballade. Sans idée précise de la distance qui nous sépare de la vallée d’Hohoi, nous rejoignons l’unique route qui, un jour, bouclera le tour d’Ua Pou. Un premier pick-up nous dépose à quelques kilomètres seulement.

La route, juste après le village, se transforme en piste. Décidés à atteindre Hohoi, nous continuons à pied. La perspective de visiter cette vallée oubliée par la plupart des visiteurs est en soi un bel objectif. Mais son isolement n’est pas la seule raison de notre visite. Hohoi est aussi le lieu d’un étrange et très rare phénomène géologique : les cailloux fleuris.

Après une bonne heure de marche et toujours aucune voiture croisée, le doute s’installe. Arrivés à un premier col et attaqués par de voraces moustiques, nous décidons de rebrousser chemin pour déjeuner. Les paysages offerts par cette promenade nous ayant déjà comblés et devant la fatigue des enfants, nous jettons l’éponge… quand une voiture apparait!

Aux Marquises, il est évident qu’on ne laisse personne sur la route, et comme le village le plus proche est notre destination, nous voilà à nouveau en route vers la vallée d’Hohoi. Notre sympathique chauffeur nous déposera même, après un court détour, directement au principal Tohua. Il y a quelques années, la vallée recevait ici les festivités polynésiennes. Depuis les lieux sont à l’abandon mais le site est exceptionnel.

L’heure avance et il est raisonnable de chercher dès à présent un moyen pour rejoindre Hakahau avant la nuit. Nous descendons vers le village. Le long du chemin, presque chaque habitant qui nous aperçoit interrompt ses activités pour venir nous saluer et échanger quelques mots avec nous. Dans un jardin, l’un d’entre eux nous montrera ses cailloux fleuris. Inutile de se rendre jusqu’à la plage où la plupart d’entre eux ont été ramassés pour être sculptés. C’est finalement l’institutrice de la toute petite école qui, vivant à Hakahau, assurera le trajet retour dans son gros pick-up. Un belle journée!

Après quelques jours où les enfants s’éclatent sur la plage, où chaque matin c’est la tournée de pain frais par le premier levé, on commence a se faire remarquer. On nous interpelle à la bibliothèque (ou l’on trouve du WiFi), au supermarché et à l’excellente boulangerie. Nous sommes devenu les bateaux du bord de plage avec les enfants! Alors qu’on ne pensait pas rester si longtemps, nous voilà invités à partager la fête des mères où un buffet marquisien sera servi avec spectacle et élection de miss maman 2015. Les mamans recevront un cadeau spécial : une danse de guerriers marquisiens soigneusement habillés (pas trop) de sueur et de tatoos. L’effet sur la gente féminine est garanti!

Les jours filent et déjà notre route nous oblige à quitter, heureux d’être venu, triste de ne pas profiter encore de l’accueil unique des Marquises…