— be.nomads.be

Archive
September, 2013 Monthly archive

20131116-154110.jpg

11°16.81’N 60°41.84’W
Sur la côte nord de Tobago, presqu’au milieu, une petite bourgade s’anime au rythme des quelques rares touristes de passage et aux sorties des pécheurs locaux.

Lire...

20131114-080350.jpg
11°17.48’N 60°40.30’W
En route vers le Sud, nous marquons quelques arrêts dans les jolies baies de Tobago.

Lire...

Après de long mois passés le long des côtes Brésilienne dont la plupart des abris pour le marin se situent dans les rivières, nous renouons enfin avec le plaisir de mouillages dans de jolies baies à l’eau cristalline. Tobago et sa cousine Trinidad sont les îles les plus au Sud de l’arc Antillais, d’ailleurs en écrivant cela, je ne suis pas certain qu’elles fassent partie de ce dernier. La vie y est par contre très semblable : douceur de vivre, pêche, bière et cigarettes qui font rire…

Lire...

Heure du bord : 18h30 – 21h30 UTC
Position : 11°19.63’N 60°33.11’W (Mouillage)

Fin de la dernière longue traversée de cette année et accueil en fanfarre à Charlotteville. Peu avant notre arrivée, c’est l’hélicoptère des Coast Gard de Tobago qui vient nous survoler quelques minutes… Ensuite c’est au tour des dauphins d’assurer le spectacle dans les vagues au nord de l’île, sauts juste devant les étraves pour le plus grand plaisir des petits et des grands. La surprise totale viendra de notre arrivée conjointe avec Milo One, on est parti ensemble des îles du Salut, on a pris chacun des routes différentes, eux vers la côte, nous vers le large, on parcourt 600 nm (plus de 1000 kms) et on arrive bord à bord à Tobago… complètement hallucinant!

Enfin, on découvre avec tant de bonheur l’accueil chaleureux des plaisanciers du dimanche qui aboient l’un après l’autre quand on s’approche trop près de leur mouillage sacré! Mais l’île est de toute beauté et on est très très content d’y être arrivé après cette traversée éprouvante. Bienvenue aux Antilles, Bienvenue en mer des Caraïbes!

Over.

Lire...

Heure du bord : 12h30 – 15h30 UTC
Position : 11°06.52’N 60°02.14’W
Distance depuis les îles du Salut : 565 nm
Distance à parcourir pour Tobago : 35 nm

Dernière journée de navigation de cette traversée qui nous aura surpris à bien des égards. La journée d’hier s’est terminée par une grand voile explosée… j’avais espéré qu’elle tienne jusqu’à son remplacement dans quelques semaines, benh non! Fort heureusement, c’est au niveau de la latte inférieure et de la première laize (morceau de tissus) que les coutures ont laché. Mais depuis hier soir donc, nous naviguons en voilure réduite, contraints et forcés. Cette nuit a été très très calme, nous imposant ci et là quelques heures de moteur pour éviter de se faire trop secouer par les vagues. Mais c’est en fin de matinée que nous avons le plus souffert, peu de vent et une mer courte, haute et croisée : trois heures infectes à bord!
Si on n’aperçoit pas encore Tobago, on la sent déjà… Les Antilles, here we are!!!

Over.

Lire...

Heure du bord : 16h20 – 19h20 UTC
Position : 9°53.80’N 58°27.25’W
Distance depuis les îles du Salut : 450 nm
Distance à parcourir pour Tobago : 150 nm

En regard de ce qu’on laisse derrière nous, je pense pouvoir affirmer que cette fois la ZIC est bien de l’histoire ancienne (même si elle semble remonter vers nous). Elle nous aura donné du fil à retordre : deux jours, presque, pour en venir à bout et cette dernière journée passée dans les miettes d’Alizés qu’elle voudra bien nous laisser. Depuis ce matin, le spi est de sortie mais c’est dans le meilleurs des cas pour avancer à 6 noeuds et plus fréquemment à 4,5 noeuds… pas terrible donc pour notre progression. Mais le silence et le calme revenu à bord sont précieux!
Maxime a donc repris les chemins de l’école et a achevé sa troisième leçon de français de la traversée avec brio. Zoé s’est remise à la peinture à l’eau, Patricia à la lecture. Enfin, mon amoureuse nous a préparé un magnifique tapioca pommes-coco (avec une noix de coco ramassée aux iles du Salut!) sur base d’une recette d’enfance… merci Marielle!

Over.

Lire...

Heure du bord : 2h30 – 5h30 UTC
Position : 9°14.45’N 57°30.75’W
Distance depuis les îles du Salut : 385 nm
Distance à parcourir pour Tobago : 215 nm

Le retour de la ZIC… On devait s’y attendre, le remake est une spécialité américaine! Quelques heures seulement de vent régulier puis retour de la super production genre Hollywood. Ils ont mis le paquet, light show de premier plan, gros spectacle nuageux, ils occupent l’espace comme personne. Avec notre belgian’s attitude, on se faufile comme on peut au milieu de ce bazar. Over.

Lire...

Heure du bord : 3h00 – 6h00 UTC
Position : 8°09.30’N 55°52.80’W
Distance depuis les îles du Salut : 265 nm
Distance à parcourir pour Tobago : 335 nm

L’alizé est rentré doucement cet après midi mais le temps reste très instable. D’immenses grains parsèment le ciel et occupent presque toute la zone. On tente de se faufiler entre chacun d’eux, avec parfois un peu de réussite. Par contre on doit toujours faire face à une contre courant assez puissant qui freine notre progression. On se surprend à espérer arriver mercredi avant la nuit… si le vent ne s’effondre pas. On a à nouveau tenté la pêche avec encore moins de réussite que d’habitude. Un splendide espadon a mordu et a filé avec ligne, bas de ligne et en endommageant le moulin. Sur l’autre ligne, c’est le nouveau rapala qui est parti, avec le bas de ligne complet en acier sans qu’on ne puisse rien faire. Il va falloir sérieusement oublier les conseils foireux de tous ces spécialistes qui ont autant d’avis divergeant que nos bas de lignes dans l’océan. J’en rage! Il faut que j’y retourne, j’ai encore quelques nuages clignotant à contourner…

Over.

Lire...

Heure du bord : 11h00 – 14h00 UTC
Position : 7°23.88’N 54°37.15’W
Distance depuis les îles du Salut : 177 nm
Distance à parcourir pour Tobago : 423 nm

ZIC… zone de convergence intertropicale. Tout un programme!
C’est le nom qu’on a donné à un joyeux bordel climatologique. Rencontre de deux systèmes, ni vraiment l’un, ni vraiment l’autre. Un carrefour en quelque sorte, à l’heure de pointe et bien bien embouteillé. Tel ce carrefour, pour le franchir il vous faudra, soit beaucoup de chance, soit beaucoup de patience et peut-être même les deux. On y rentré peu après 2h00 (5h00 UTC) cette nuit et on y traine toujours un peu. Trainer est sans doute le terme le plus approprié car une ZIC, concrètement, c’est du vent, beaucoup, pas longtemps… puis plus rien. De la pluie, beaucoup, très longtemps… puis plus rien. Des nuages, beaucoup, tout le temps… avec quelques éclairs et grondements. Mais le marin a du caractère, et c’est pas une ZIC qui va le démonter (un peu quand même).
Pendant que le bateau passe d’un gros nuage noir à un autre, les enfants vaquent à leur occupations de traversée. Après l’école, place aux jeux et leur imagination nous laisse toujours sans voix. Zoé s’essaye, très habilement d’ailleurs, à la construction d’une Ariane 5 en Duplo pendant que Maxime construit, avec les mêmes briques, d’invraisemblables machines. Le plus amusant étant bien évidemment l’explication hyper technique de l’utilisation de la chose. On y découvre des boutons, poussoirs, manettes, canons, garages, ect… rien qu’avec des Duplo!
Bon allez, il nous reste un dernier gros nuage a franchir avant le retour des Alizés… peut-être?

Over.

Lire...

Heure du bord : 23h30 – 2h30 UTC
Position : 6°38.10’N 53°46.45’W
Distance depuis les îles du Salut : 110 nm
Distance à parcourir pour Tobago : 490 nm

Les îles du Salut s’effacent lentement dans notre sillage, avec elles, nous refermons la parenthèse Guyane de notre voyage. Elle sera marquée par les images de ce pays étonnant et des rencontres que nous y ferons. Sabrina, Yvan et Oscar (Milo One) nous accompagnent pour ce départ, et sans doutes pour d’autres encore tant nous nous entendons à merveille. Nous laissons, Caroline, Fréderic, Océane et Jade (Tahaa) ainsi que Gilles et Monique mais cela ne sera que pour quelques semaines, nos routes se croiseront à nouveau, c’est certain.
Nous profitons d’une fenêtre météo qui nous laisse espérer une navigation un peu plus ventée que la normale sur cette route et les premières heures sont parfaitement à hauteur de nos espérances : mer calme, vent moyen et Zorba progresse correctement vers les eaux cristallines de Tobago.
14h40, j’aperçois un navire sur notre route, il fait cap à l’Est et croise largement devant. Comme s’est l’usage, il restera sous surveillance pendant les premières minutes… il change de cap! Cette fois pour croiser à nouveau notre route vers le Sud, je corrige immédiatement notre route et entame un changement de cap franc. Je décide de garder de la marge et observe à nouveau son comportement, au besoin, je lancerai Zorba au vent de travers. Je préviens Patricia et les enfants, ambiance tendue à bord… il modifie une nouvelle fois son cap pour se diriger droit sur nous. Devant ce comportement suspect, il faut impérativement garder le maximum de distance, on met cap plein Nord au vent de travers. Je paufine les réglages des voiles et Zorba avance désormais à 10/11 noeuds. Il semble désormais impossible à ce bateau de nous couper la route, il croisera dans notre sillage à 300 ou 400 mètres. C’est la première fois que nous sommes confronté à ce genre de rencontre. Difficile d’estimer quelles étaient leurs intentions, mais il ne s’agissait pas d’un bateau de pécheurs (pas la moindre trace d’équipement). Il nous a semblé être un bateau de transport de personnes comme on en rencontre au Brésil avec le pont avant et arrière protégés de la pluie et du soleil. On y a distingué quelques personnes sur l’arrière mais faire du tourisme à 25 nm des côtes de la Guyane en direction de l’Océan et face aux vagues est pour le moins étrange! Il n’y aura jamais d’épilogue à cette histoire, peut-être est-ce mieux ainsi…
Nous resterons encore sous tension les heures qui ont suivi, et ce début de nuit a été marqué par le repérage systématique des feux et bateaux sur l’horizon, comme lorsque nous avons quittés les Seychelles. D’ailleurs nous naviguons feux éteints par prudence, alarme sur AIS et détection des radars allumés. Il y a bien longtemps que nous n’avions pas profité de conditions de mer et de vent si tranquille et notre route plus au large nous apportera très vite plus de sérénité.

Over.

Lire...