— be.nomads.be

Archive
June, 2013 Monthly archive

Position : au bord de la piscine

Ca, c’est fait… Pas cool la remontée mais Zorba s’est révélé efficace comme a son habitude. Faut dire que malgré les sautes de vents, la mer désordonnée, on n’a pas trop traîné : 68h entre Salvador et Jacaré en passant par Recife.
Depuis ce matin, on retrouve la civilisation (hum, hum) avec un wifi et une piscine. Pour le plus grand bonheur des enfants. On a retrouvé aussi nos amis de Getaway pour notre plus grand plaisir!
Enfin, il y a quelques minutes, Lucie (6 ans) et Jules (3 ans) sont venus rejoindre Maxime et Zoé dans la piscine… Un bon dimanche en perspective!

20130704-161126.jpg

Lire...

Heure du bord 10h20 – 13h20 UTC
Position 7°45.90’S 34°42.45’W
Distance depuis Salvador : 420 nm
Distance à parcourir pour Jacaré : 50 nm

Aaah le charme du Brésil… on cherche, on cherche! Bien entendu on ne s’est pas arrêté à Récife pour des raisons culturelles ou touristiques; Encore que… en lisant le pilote de Michel Balette et la description qu’il fait de cette étape, on s’attendait peut-être à un coup de coeur. On attend encore. Par contre l’étape nous a offert ce qu’on est venu y chercher : le repos. Soirée crêpes pour le plus grand plaisir des enfants, nuit longue et tranquille pour tous et ce matin, grosse flemme. A tel point que sur le coup de 6h je m’attarde a faire tourner les routages pour calculer des fenêtres météo pour aujourd’hui et surtout pour demain. Si les conditions de vent (et de mer) s’avèrent identiques, samedi s’annonce beaucoup plus pluvieux que dimanche : unanimité, départ demain. Une journée off et tout le monde est content!
Lentement la bateau s’éveille, on remarque une odeur infâme s’installer… c’est l’eau autour du bateau, des égouts à ciel ouvert! Tout y flotte, on voit même passer des téléviseurs. L’odeur est insupportable et on revient très vite sur notre décision. On se casse!
On est donc à nouveau en route, la mer nous offre le même état qu’hier, quelques creux de 2,5m et toujours aussi désordonnée. Le vent nous accompagne et heureusement la pluie annoncée semble, pour le moment, se tenir à distance. On sera très certainement à Jacaré pour le souper, la perspective d’en finir avec cette étape éprouvante nous réjouit à l’avance. Demain piscine, caïpi et repos.

Over.

Lire...

Passage éclair… le temps d’un instant on a rêvé de Recife. J’avais encore le souvenir de cette Barcelona Race que je suivais assidument, avec en mémoire cet arrêt obligé de Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron à Recife. La lecture des guides nautique nous laissait aussi entrevoir une étape pleine de charme, il n’en est rien.
C’est peut-être réducteur pour cette ville et sa voisine (Olinda) qui méritent certainement plus que notre dégoût, mais c’est bien de ce sentiment dont il est question. En l’espace de seulement quelques heures, elle nous a poussé vers la sortie. Préférant achever notre route vers Jacaré que de prolonger ici cette étape qu’on avait imaginé un peu plus longue.
Aucune des deux “marinas” ne méritant plus que l’autre une recommandation tant elles sont chacune le lieu de prédilection pour les ordures charriées par les pluies abondantes ainsi que pour les odeurs pestilentielles qui les accompagnes.
Nous nous y sommes arrêtés pour quelques heures précieuses de sommeil, avec l’espoir d’être séduit. Nous n’y avons trouvé que ce sommeil… dommage.

Lire...

Heure du bord 8h20 – 11h20 UTC
Position 8°50.00’S 34°53.50’W
Distance depuis Salvador : 345 nm
Distance à parcourir pour Recife : 45 nm

Deuxième nuit en mer, et pendant que vous profitez de votre petit déjeuner, nous continuons notre progression vers le nord. J’attaque la rédaction de mon billet de nuit alors qu’un gros grain nous laisse sans vent. Dommage pour la moyenne qui se portait bien jusqu’à cette fâcheuse rencontre. Patricia ayant entamé la nuit de veille par des conditions qu’elle affectionne tout particulièrement : a fond dans les bosses. Même à voilure réduite nous tracions autour des 10 noeuds dans la piaule, pas confort le sommeil saute mouton. Ensuite, faute de vent, le moteur envahit notre espace pour le plus grand bonheur de notre parc de batteries. Mais cela ne devrait durer qu’une petite heure, deux tout au plus. Dans d’autres conditions de mer nous nous laisserions porter lentement, avec ces vagues croisées cela est rendu impossible, il faut avancer pour ne pas être secoué.
La vie a bord, en mer, reste étonnante de facilité pour les enfants. Hormis quelques nausées durant les premières heures de navigation, ils débordent d’énergie. Leur complicité dans les jeux nous facilite grandement la tâche, surtout alors que le manque de sommeil se fait sentir. Mais leur enthousiasme est contagieux. Et quel plaisir de voir débarquer, après le spectacle de l’aube, Maxime puis Zoé, les yeux gonflés par une bonne nuit de sommeil. Quel bonheur enfin de trainer avec eux comme un dimanche matin, une récompense après la nuit de labeur.
Matin du troisième jour de mer… grosse fatigue, on s’est fait secouer toute la nuit entre les grains et toujours cette mer désordonnée. La vitesse est une maigre consolation car dans ces conditions le plaisir s’échappe. Décision du jour, on marquera une pause à Recife. Raison principale : on en a marre. D’un autre côté poursuivre les quelques 70 nm qui nous sépareront de Jacare, une fois Recife atteint, n’a pas beaucoup de sens si c’est pour sacrifier du précieux sommeil et arriver de nuit pas en phase avec la marée. On préfère une arrivée dans l’après-midi à destination et poursuivre la route une fois cette mer un peu calmée et, de surcroit, pour une navigation à la journée.

Over.

Lire...

Heure du bord 15h00 – 18h00 UTC
Position 10°39.78’S 36°56.38’W
Distance depuis Salvador : 215 nm
Distance à parcourir pour Jacaré (Cabedelo) : 255 nm

Après de trop longues semaines sous la pluie de Belgique, c’est encore sous ce satané crachin que nous avons profité de nos derniers moments dans la baie de Tous les Saints. Nous y avons retrouvé Zorba, qui m’a occupé quelques semaines pour le remettre à niveau (peintures, nouveaux safrans, entretien complet des moteurs, nettoyage intégral,…) mais aussi les amis laissés plus au Sud il y a quelques semaines déjà. Gilles et Monique de Getaway attendaient une bonne fenêtre pour rejoindre la sortie par le Nord, de même que Caroline et Frédéric de Ta-Haa que j’ai juste eu le temps d’apercevoir avant leur départ. Une heureuse rencontre encore avec Andrée et Christian de Kif-Kif et le plaisir de revoir, sur son bateau, Marc qui m’avait accompagné lors du contournement de L’Afrique du Sud. De quoi varier les soirées sous la bruine et/ou la douche tropicale. Comme une ouverture se dessinait hier pour attaquer cette “fameuse” remontée, sachant que Getaway attendait, depuis 3 semaines déjà, une de ces opportunités… et bien nous sommes chemin (humour belge)!
Aux premières lueurs de l’aube ce mercredi nous quittons Salvador de Bahia, Terminal Nautico, pour une journée qui s’annonce humide et qui tiendra toutes ses promesses. Arrosés pendant 20 bonnes heures, oui madame, les réservoirs d’eaux se remplissent à l’excès, tandis que celui de gasoil a la fâcheuse tendance à se vider. Sous les grains, Zorba fonce, mais entre ceux-ci, temps de mer du Nord : bruine et pétole, vagues croisées et nausées pour les petits. Première journée de navigation à jeter. Mais le marin est pugnace, et après s’être fait maltraiter dans la nuit par le vent et la mer toujours croisée, nous goûtons à une journée sous le soleil, la première depuis notre retour au Brésil. Bien entendu quelques grains (nuages qui mouillent) pointent déjà à l’horizon, mais le plaisir revient et c’est tant mieux!
Nous devrions être à la hauteur de Maceio en début de nuit, mais le projet de continuer notre route au moins jusqu’à Recife, voir carrément jusqu’à Jacaré remporte pour le moment une majorité unanime à bord. Peut-être une occasion de se remettre au désormais ‘famous” message de la nuit. Non le marin n’est pas humble sauf face aux éléments… A tchao!

Over.

Lire...